Don't Miss

Au cœur de l’agriculture biologique du vin avec Patrick Pouvreau

By on avril 5, 2016

Par Vanessa Charbonnier

Rencontre virtuelle avec Patrick Pouvreau, propriétaire du Domaine Barreau-La Grave en région bordelaise, en France. Patrick est sans conteste un amoureux du vin, qui vous en parle avec passion mais aussi conviction quant il s’agit de justifier son choix d’une viticulture bio, qu’il assimile aisément à une véritable philosophie de vie.  Bien loin d’être une contrainte, celle-ci est devenue une satisfaction personnelle. Ses mots d’ordre,  le partage, mais aussi et surtout l’humilité, celle qui fait qu’un bon vigneron est capable de s’effacer derrière son vin.

1. Présentez-moi votre vignoble.
Le vignoble commencé  sur trois hectares,  d’une exploitation familiale et situé à quarante kilomètres au nord de Bordeaux au cœur de l’appellation Blaye côtes de Bordeaux,  est aujourd’hui constitué de huit hectares de merlot et cabernet sauvignon.

2. Pourquoi avoir fait le choix d’une viticulture bio ?
Dès le départ, et bien que ce ne soit pas dans l’air du temps de l’époque, l’agriculture bio me semblait incontournable, notamment à cause de l’impasse que représentent les traitements chimiques sur l’environnement.

3. Quelles sont les caractéristiques d’un vin bio ?
Je ne suis pas certain que des caractéristiques organoleptiques ou gustatives différentes soient identifiables du fait de la pratique de l’agriculture bio. S’il y a des différences, elles proviennent d’une meilleure expression du terroir liée au travail du sol. Les vinifications en bio respectent des levures indigènes propres à chaque terroir, contrairement aux cultures conventionnelles qui doivent faire appel aux levures de culture souvent génétiquement modifiées.
Obtenir la certification bio demande tout d’abord de bien se renseigner (sur la règlementation en vigueur) puis par la suite de contacter une organisation professionnelle. Pensez d’autre part, à vous informer sur les aides disponibles et à demander un devis. Vous pourrez obtenir un certificat  d’autorisation de vente de vos produits comme biologiques après contrôle. Il faudra enfin faire enregistrer son activité auprès de l’Agence Bio pour figurer dans l’annuaire officiel des opérateurs engagés en agriculture biologique.

4. Quel(s) gamme(s) et couleur(s) de vins produisez-vous ?
Je produis des rosés en appellation Vins de France  qui s’appellent Petite Soif.  Mon but était, pour ce vin, de proposer au public un rosé d’une qualité supérieure, né d’une fermentation plus poussée. Parallèlement à cela, je voulais qu’il porte un nom aux connotations simples et conviviales pour rappeler sa conception artisanale.  Je propose aussi des  vins rouges en appellation  Blaye côtes de Bordeaux  constitués de merlot et cabernet sauvignon ; vins d’ailleurs distribués  dans les SAQ canadiennes. Bordeaux a conservé cette culture des vins d’assemblage de cépages, contrairement à ce qui se fait beaucoup dans le reste du monde.

5. Depuis peu, vous distribuez votre vin au Canada, avec la société Vini-vins, pourquoi ce partenariat ?
C’est le hasard d’une rencontre avec Diane Turcotte, présidente de la société Vini-vins qui tend notamment à promouvoir des vins importés de petits vignobles travaillant en bio et au plus proche de la nature. Je crois qu’elle a été séduite par un Bordeaux, que l’on présente souvent comme différent des Bordeaux conventionnels. L’idée n’est pas de retrouver dans la bouteille toute la technicité et la pharmacopée, mises  au service  du vigneron, mais bien de laisser s’exprimer la plus pure expression du raisin transformé en vin par la fermentation alcoolique. Le vigneron doit accompagner, guider, surveiller et surtout s’effacer. De mon côté, ce qui m’a plu dans la démarche de Diane, c’est sa recherche d’originalité et notre intérêt commun pour des  vins authentiques. D’autre part, faire connaître mon vin outre-Atlantique était une envie de longue date et maintenant que le projet s’est concrétisé, je travaille et réfléchis à de nouveaux partenariats et développements.

6. Beaucoup de vins Bio sont importés au Canada, notamment des européens,  quelle est votre particularité, votre signature ?
Je me distingue par le fait que je suis  un petit artisan du vin qui privilégie la distribution par des partenaires qui me connaissent. En tant que tel, je mets un point d’honneur à rester au plus près du fruit sans qu’il soit masqué par des goûts de bois et que les différentes expressions du raisin puissent ressortir.

7. Nos planificateurs pour leurs évènements ont aussi en charge la gestion des buffets et breuvages. Quel(s) conseil(s) leur donneriez-vous pour éviter des fautes de goûts ?
Je ne pense pas qu’il y ait réellement de faute de goût. L’important est de réfléchir au caractère que l’on veut donner à son évènement. Il est évident que pour favoriser un contexte intime, un bon rosé léger et frais sera tout à fait adéquat ; alors que pour marquer le coup sur un évènement de grande envergure, un grand cru avec un retour en bouche marqué, ajoutera le prestige nécessaire. Dans tous les cas, il faut absolument s’impliquer dans le choix de son vin  et ne pas hésiter bien sûr à se faire conseiller par un professionnel.

8. Votre distributeur est-il capable de gérer une commande pour un groupe ? Quels sont les délais ? La personne à contacter?
Oui, il est tout à fait possible de gérer une commande pour un groupe. Le système est simple : le vin est commandé à la caisse et ensuite le groupe se divise les bouteilles.  Par définition, en dehors d’éventuelles ruptures de stock,   le vin est disponible presque tout le temps.  Pour toute commande ou plus de renseignements, vous pouvez contacter Audrey David à audrey@vini-vins.com.

Patrick définit son vin comme  à la fois souple et complexe, mais aussi  facile à présenter.  En un mot, un vin accessible. Il ne reste plus qu’à vous
laisser tenter !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *